Retour à la page d’accueil

 

La ferme de Teillay

De la commune d’Autheuil 28220

 

 

Isolée à 3 kms  du village d'Autheuil, la ferme de TElLLAY se cache au cœur des bois, près de son bel étang. Teillay a-t-il été autrefois un village?

Nous pensons que ce hameau était important car il y avait de nombreux actes d’état civil pour ce lieu.

 

  

 

Un hameau sur la commune d’Autheuil près de Teillay, a disparu, celui de la Pionnière

Des actes d’état civil ont été enregistrés à Autheuil pour des habitants de La Boardière ou La Bouardière qui se situait près de Bapaume et était de la commune de Thiville.

 

Il est vrai que le site fut propice à l'implantation humaine dès la préhistoire. Le plateau, aujourd'hui déboisé et livré aux labours était recouvert, par la forêt, refuge de nombreux animaux, fournissait en abondance le bois. L'eau était là toute proche, avec l'Aigre et les fontaines à mi-­pente sur tout le front du coteau.

 

Jour après jour, la longue série des millénaires se déroule. Au dernier millénaire qui précède l'ère chrétienne, des peuples venus de l'Europe centrale disputent  le sol aux peuplades de la fin du Néolithique (dernier âge de la préhistoire). Ce sont les CELTES que les Romains dénomment «GALLI» d'où leur est venu le nom de «GAULOIS». Un de ces peuples «les CARNUTES » s'établit dans le territoire comprenant actuellement les départements du Loiret, du Loir-et-Cher et de l'Eure-et-­loir. Ce territoire passait pour être le centre de la Gaule et la population y était nombreuse.

 

Châteaudun, Cloyes, Charray sont celtes à l'origine. AUTHEUIL, dénommé «AUTOL » dans une charte de 1120 est révélé par Jacques Soyer comme pré-celtique. Le gram­mairien Dauzat traduit AUTHEUIL par «espace découvert» d'où nous (R.Perrichon) en concluons que les terres au-delà de cette clairière notamment celles proches de la Ferté­ Villeneuil étaient à cette époque couvertes de bois.

 

Puis en 52 avant J.C, les armées romaines ont raison du courage de Vercingétorix et Alésia consacre définiti­vement le triomphe de César. La conquête de la Gaule achevée, Rome ne s'impose pas selon la loi brutale du vainqueur, elle va surtout apporter sa civilisation aux Gaulois tout disposés à l'accueillir.

 

Après la conquête, le territoire de la commune fait toujours partie de la cité des Carnutes ayant pour capitale Chartres (AUTRICUM). DUNUM (l'actuelle Châteaudun) est la principale agglomération du pays dunois.

 

La première tâche des Romains fut de construire des routes. Une voie du Mans à Meung passait par Droué, Cloyes, la Rivière, Saint-Calais, traversait le lieu-dit de Pontpierre, La Ferté-Villeneuil et au delà de la ferme de la Maison rouge, rejoignait peut-être Verdes. Il existait également des chemins romains secondaires. Vraisemblablement, les terres de TElLLAY ont été traver­sées par l'un d'entre eux: M.Richer a trouvé des mor­ceaux de tuiles romaines authentifiées par l'éco-musée de la Ferté-Villeneuil où sont d'ailleurs exposés quelques échantillons.

 

Nous survolons l'histoire et ne faisons que quelques brèves pauses pour évoquer par bribes la vie de la ferme de TEILLAY.

Passons au XIe. Siècle: Les invasions barbares ont cessé. Par tout le pays s’organisent les grandes seigneuries, un  sentiment religieux intense se traduit en actes de foi, c'est le temps des pèlerinages. Quelques uns traversent l’Europe pour atteindre le lieu vénéré entre tous: le Saint-Sépulcre de Jérusalem.

 

De grands ordres religieux se créent : Ordre de ClTEAUX (Côte-d'or) par exemple, dont les filiales essaiment par toute la France (694 abbayes cisterciennes en 1300). De l'abbaye de Cîteaux (créée en 1098), partent des Bénédictins qui vont fonder l'abbaye de Pont-Levoy près de Blois.

 

En 1121, d'autres bénédictins élèveront L’ABBAYE DE L’AUMONE ou ABBAYE DU PETIT-CITEAUX à LA COLOMBE (41), en forêt de Marchenoir, fondée par Thibault IV, 1er « Comte de Blois, Seigneur de la Ferté. Cet établissement possèdera de nombreuses propriétés dont la ferme de TEILLAY.

A la révolution, en 1789, l'ordre de Cîteaux sera supprimé et en 1790 les biens de l'aumône seront dispersés. Qu'est devenue alors la ferme de TEILLAY ?

 

Avant de nous rapprocher de l’époque contemporaine, qu'avons-nous pu glaner ici ou là ?

 

Au XIV siècle, les bois étaient plus nombreux qu'à notre époque et s'étendaient largement autour de TEILLAY, jusqu'au. Village de la Ferté, si l'on se réfère au plan des bois de la métairie de «TEILLAI dans la paroisse d'AUTEUIL>, datant de 1734, conservé dans les Archives du Loir-et-Cher.

On suppose que le lieu dénommé «La Potence, au croisement des anciens chemins de Charray à Mersange et de la haute Ferté à Châteaudun se trouvait être préci­sément à l'orée ou non loin de ces bois d'AUTHEUIL quelques boqueteaux épars, quelques lieux-dits évoquent cette couverture sylvestre, par exemple les terroirs rappelant les épines  «Les Epinettes» «Le Buisson», « Les tilleuls» : « TEILLAY»

En 1423, les loups courent la campagne autour de TEILLAY.

 

Au XVIe siècle, en 1521, 23, 31, 32, des épidémies de peste ravagent la région et font mourir beaucoup de monde.

Au XVe siècle, 4 personnes dont le maître et la maîtresse de la ferme de TEILLAY sont morts d'une épi­démie.

 

LE BOIS DES VIGNES sur le domaine de TEILLAY rappelle l'existence du vignoble dès le XII siècle. La guerre de cent ans (1337-1453) porte un premier coup à la culture de la vigne dans la contrée, néanmoins, avec la paix, elle reprit son essor à la fin du XI/" et début du XVI. C'est à la fin du XVI siècle que l'on commence à négli­ger la culture de la vigne qui cède la place aux  céréales au milieu du XVIII siècle. C'est vers la fin du XVIII" que la révolution agricole a commencé.

 

 

 

 

De nouvelles cultures sont entreprises: trèfles, luzer­nes, prairies artificielles, sainfoins. Les cultivateurs par ce moyen-là parviennent à avoir plus de bestiaux.

En l'an III (1794-1795) il y avait dans le canton de Cloyes: 370 chevaux - 1196 vaches - 5355 moutons - 2229 agneaux.

M RICHER a été, dans la région, le dernier cultiva­teur à posséder un troupeau de moutons (200 mères).­Les derniers furent vendus en 1988 quand son fils a repris la ferme.

 

 

 

TEILLAY, entre les deux guerres, fut surtout une ferme d'élevage de bovins et d'ovins.

1856, date gravée sur la maison d'habitation, donne l'âge de la ferme actuelle. Son emplacement diffère de celui des anciens bâtiments disparus. C'est une belle ferme à cour carrée si typique de notre région. La cour et les bâtiments représentent une superficie d'un demi hectare. La porcherie, les poulaillers ont été construits avant la guerre de 1914-1918. La porcherie aurait dû être plus grande mais la guerre a arrêté les travaux. Les toits des bâtiments étaient prolongés par des auvents couverts de tuiles. Il n'en reste qu'un de nos jours, témoin d'une belle architecture.

M. Girard, père de Mme Richer, l'a achetée en 1936 à M. Mignot, Maire de la commune d'Autheuil et c'est M. Villette qui l'a exploitée de 1936 à 1952.

Le 6 mai 1952, M. et Mme Richer prennent possession de leur ferme.

 

 

Les moutons entrant dans la bergerie.

M. Richer et son troupeau de 200 mères

Les vaches se rendant à l’abreuvoir (mare)

La basse cour

 

 

Que soient remerciés pour leur collaboration M. et Mme Richer qui ont confié leurs connaissances, photos, acte de vente de la ferme, livres «La Ferté-Villeneuil » de Robert Perrichon et «ville et chatellenerie de la Ferté­Villeneuil» par l'abbé J.AUGIS, ainsi que M. et Mme Gérard Cornuau qui ont prêté les documents concernant la métairie de «TEILLET » affermée (louée) par l'abbé Antoine Bochetel de l'abbaye de l'Aumône ou le Petit-Cîteaux le 25 JANVIER 1582.

 

Merci à ceux qui ont contribué, par leurs témoignages, à faire revivre le passé de la ferme de TEILLAY.

 

Merci à Michèle Roque qui a rédigé ce texte pour le journal communal d’Autheuil.

 

Ma note personnelle :

J’ai trouvé que « teille ou tille » est une écorce de la tige de chanvre, de lin ou de tilleul.

Teiller ou Tiller : Broyer les tiges de chanvre ou de lin pour les débarrasser de la teille et les transformer en filasse.

On sait que dans la région la fibre de chanvre fut utilisée et rouie dans des fosses ou mares. Une de celles-ci existait encore il y a quelques années.  Y a-t-il un lien entre teille et Teillay ?

 

Les actes d’état civil d’Autheuil nous montrent qu’en 1707 il du y avoir une épidémie à Teillay car il y eu 5 décès en 10 jours, les 09/01, 11/01, 17/01 18/01 et 19/01.

 

Il est fait état de la rupture de la bonde de l’étang en 1910 et en 1937.

A une de ces dates, un étang s’est bien déversé sur Saint-Calais. La montée des eaux avait noyé des canards enfermés dans des mues. (Cages).

Le propriétaire de  ces bêtes eut beaucoup de difficultés pour être indemnisé. Des canards qui se noient, cela semblait impensable et pourtant.

Un  deuxième étang existait en aval de celui-ci. On en voit encore l’emplacement.

 

 

Une page se tourne. M et Mme Richer ont vendu leur ferme.

Que vont devenir les bâtiments avec leur historique ?

Nous aurons toujours le souvenir de l’accueil chaleureux que nous réservaient M et Mme Richer.